grossesse·Lifestyle·Médical

À ces bébés qui n’ont jamais vu le jour – Deuil périnatal

15 octobre 2019, journée de sensibilisation du deuil périnatal.

Oui, moi aussi. Moi aussi je n’ai pas mené des grossesses à terme. Moi aussi je pense chaque jour à ces bébés que j’aurais pu mettre au monde. Moi aussi j’ai le coeur lourd parfois…

8, c’est le nombre de fois où j’ai accouché selon mon dossier médical. Parmis ces 8, beaucoup (trop) de fausses couches avant l’arrivée d’Eden et putain que c’était dur. Je me souviens encore que le jour où je suis tombée enceinte de mon tout premier je pensais encore faire une fausse couche. Et j’ai crié, j’ai pleuré de toutes mes larmes. Je me demandais pourquoi ça m’arrivait encore et encore ! Mais… dans ma malchance, j’ai eu la chance que ce soit des fausses couches presque spontanée de quelques semaines, 1 mois au plus tard…

Puis l’épreuve la plus douloureuse, le choix le plus difficile à faire c’était mon IVG :

Juillet 2012, j’ai 19 ans, j’apprends après un retard de règles que je suis enceinte. Le choc terrible et pourtant l’envie irrépressible de devenir mère mais j’étais en plein dans mes études et clairement pas avec la bonne personne… Je lui apprends ma grossesse, il est choqué se rends chez ses parents qui viennent me voir et me foutent une pression horrible. C’était déjà tellement dur psychologiquement de me retrouver dans cette situation… Il me dit qu’il ne me laissera pas le choix d’avorter et qu’il n’hésitera pas à utiliser la force de ses poings pour provoquer un arret de la grossesse (A cet instant dans ma tête nous n’étions plus ensemble) Je decide alors de prendre rendez vous pour l’IVG. La bas, double choc, j’apprends que je suis enceinte de 3 mois et qu’il me reste 3 jours pour passer à l’acte…

La veille de l’IVG, je deviens dingue, je cris, je tape dans les murs, je me mords et hurle sur mon ex. Il me trouve lamentable et pourtant la douleur était si forte… Si forte à m’en faire faire un malaise et à me demander si je ne faisais pas le mauvais choix !

Le jour J, on se rends la bas ensemble. Ça sera par aspiration et anesthésie locale. J’aurais préféré anesthésie générale pour ne rien voir, rien entendre… Après m’être installé sur la table, commence alors l’aspiration. Ce bruit ? Putain je vous jure m’en souviendrai toute ma vie, je voyais tout, j’entendais tout je me sentais si horrible et seule… Pourtant une aide soignante me parlait à côté de la pluie et du beau temps. Voila, imaginez un peu la situation… J’aurais vraiment préféré être endormi totalement et ne pas vivre ça! Mais c’est fait. J’avais ôter la vie d’un bébé qui n’avait rien demandé. J’ai été consulté un psy de moi même après ça, je n’arrivais pas à m’en remettre. Et vous savez ce qu’il m’a dit ? « Mais madame, vous aviez le choix » c’est vrai, le choix je l’avais, comme beaucoup d’entre nous.

Et encore une fois dans ma « malchance » jai eu la chance de choisir. Parce que je pense à celles qui n’ont pas le choix, qui ont du accoucher de bébé avec un coeur trop faible pour battre, ces mamans qui ont perdu leur bébé in utero et qui ont du les faire naître…

La vie est une épreuve et la plus grande épreuve que l’on puisse traverser à mon sens est celle ci, celle de perdre son enfant quoi qu’il en soit les circonstances. Une IMG, une IVG, une fausse couche, nous avons tous connu ça par notre propre histoire ou par nos proches. Ne restons pas seules face à ces épreuves et battons nous pour le meilleur à venir…

Merci à la vie de m’avoir offert deux magnifiques garcons.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s